Chère Claire,

C est avec émotion et une grande tristesse que nous apprenons, en ce jour anniversaire du 8 mai 1945, la disparition dé Cécile, notre Présidente d’honneur, affaiblie au terme de plusieurs semaines d’hospitalisation par le covid-19.

Nous garderons d’elle le souvenir d’une femme d’engagement et d’une amie ayant joué un rôle majeur aux côtés de son mari Henri Rol-Tanguy, chef du Comité de Libération de Paris, en août 1944, et d’une combattante restée fidèle sa vie durant à ses idées de jeunesse et à ses valeurs d’engagement.

Quand elle parlait de la Résistance Cécile a toujours été de ceux qui veillaient a rappeler que le commencement de celle-ci avait débuté en Espagne en 1936 avec ceux qui s´étaient « levés avant le jour« pour aller combattre le franquisme et le fascisme européen aux côtés du peuple espagnol et poursuivre ensuite ce combat, pour un grand nombre d’entre eux, dans la Résistance.
Ses amis du Bureau de L’ACER s’inclinent devant sa mémoire, celle d’une vie exemplaire qui éclaire notre chemin dans le monde d’aujourd’hui.

Nous t’adressons, chère Claire, ainsi qu’à Hélène, Francis, Jean, à ses petits enfants, ainsi qu’à toute la famille et à vos proches, nos sincères condoléances avec toute notre affection.

Le Bureau de L’ACER

La famille Rol-Tanguy communique :

Cécile ROL-TANGUY est décédée ce jour 8 mai 2020 à 12 h 10, à son domicile de Monteaux (Loir-et-Cher), à l’âge de 101 ans. Avec elle disparaît une des dernières figures de la Résistance intérieure française et plus précisément de la Libération de Paris en août 1944.

Porteuse des plus hautes distinctions de la République (Grand Officier de la Légion d’honneur, Grand Croix dans l’Ordre national du Mérite, Médaille de la Résistance, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance), elle était emblématique de la place de femmes dans le combat contre Vichy et l’occupant nazi. Cécile ROL-TANGUY soulignait toujours qu’elle n’acceptait ces décorations qu’en hommage à toutes les femmes de l’ombre, rouages indispensables de la lutte clandestine. Aux déportées, aux internées, à toutes celles assassinées par l’ennemi et pourtant si souvent oubliées à l’heure de la victoire. A toutes les femmes qui, comme elle, une fois la guerre terminée, reprirent simplement leur place dans la vie quotidienne de leur famille et du pays.

Née Cécile LE BIHAN le 10 avril 1919, elle était la fille unique de François LE BIHAN, ouvrier électricien, militant du Parti Communiste Français depuis sa création en 1920 et dirigeant syndical de la CGT, déporté-résistant mort à Auschwitz en 1943 et de Germaine JAGANET, femme au foyer et résistante, elle aussi.

L’engagement de Cécile ROL-TANGUY date de 1936, du Front Populaire et de la guerre d’Espagne. C’est au Syndicat des Métaux CGT de Paris, où elle est employée, qu’elle rencontre Henri TANGUY, dirigeant des métallos parisiens, combattant volontaire dans les Brigades Internationales aux côtés de la République espagnole attaquée par Franco. Ils se marient en 1939, juste avant la guerre durant laquelle il est mobilisé en première ligne.

Dès la fin juin 1940, alors qu’elle vient de perdre leur premier enfant, Françoise, le jour de l’entrée de la Wehrmacht dans Paris, elle rejoint ce qui deviendra la Résistance. Elle tape des tracts, des journaux syndicaux et autres documents illégaux de la CGT interdite et travaille pour les avocats communistes qui défendent les premiers emprisonnées du régime de Vichy.

Le 18 août 1940, elle accueille Henri TANGUY à Paris, tout juste démobilisé. Le jour même, elle le met en contact avec les cadres clandestins de la CGT. Quatre ans plus tard, jour pour jour, elle tapera l’ordre de l’insurrection parisienne que son mari – devenu le colonel ROL, Chef militaire régional des FFI de l’Ile de France- lui dictera à l’aube de la semaine insurrectionnelle victorieuse de la capitale. Entre temps, le couple a plongé dans la clandestinité dès octobre 1940. Elle vivra alors, aux côtés de son époux dont elle est l’agent de liaison, la vie clandestine des résistants. Elle donnera aussi le jour – en mai 1941 et novembre 1943 – à deux enfants, Hélène et Jean.

Elle participera à la semaine insurrectionnelle de Paris du 19 au 26 août 1944, au cœur de la décision et de l’action, dans le PC souterrain du Colonel ROL, sous la place Denfert-Rochereau. Elle sera la seule femme présente quand le Général De Gaulle recevra l’Etat-Major des FFI d’Ile-de-France, le 26 août 1944 à l’Hôtel de Ville. Cécile et Henri Rol-Tanguy, avec Lucie et Raymond Aubrac, resteront comme les deux couples symboles de la Résistance intérieure française. Après-guerre, elle donnera naissance à deux autres enfants, Claire (1946) et Francis (1953) et demeurera l’indispensable collaboratrice de son mari.

Jusqu’à son dernier souffle, Cécile ROL-TANGUY témoignera de sa fidélité à l’utopie généreuse du communisme, à ses engagements de jeunesse pour la justice sociale et l’émancipation des femmes.

A la suite de son mari, décédé en 2002, Cécile était également Présidente de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) et Présidente d’Honneur de l’ACER/AVER (Amis des Combattants en Espagne Républicaine/ Amicale des Volontaires en Espagne Républicaine). Jusqu’en 2014, elle animera régulièrement des échanges sur la Résistance avec des collégiens et lycéens. Enfin, en août 2019, elle assistera aux cérémonies du 75e anniversaire de la Libération de Paris.

Monteaux, le 8 mai 2020

Dès la première heure, elle a résisté au nazisme. Epouse du colonel Henri Rol-Tanguy, Cécile Grand officier de la légion d‘honneur a été aux premiers rangs de la libération de Paris en août 1944.

Au Palais de l’Elysée, alors que Jacques Chirac venait de l’élever au grade de Grand officier de la légion d’honneur, Cécile Rol-Tanguy déclarait : « Cette distinction, monsieur le Président, je l’accepte au nom de toutes les femmes résistantes oubliées, celles dont on n’a jamais parlé, celles qui n’ont rien eu. »

Cécile Rol-Tanguy, née Marguerite le Bihan à Royan avait fêté au mois d’avril 2019 ses cent ans entourée de sa famille et de ses nombreux amis. Elle est décédée ce jeudi 8 mai 2020 chez elle, à midi, à Monteaux (Loir et Cher), entouré des siens. Comme un symbole.

Une grande dame vient de nous quitter et pas seulement parce qu’elle était l’épouse du célèbre colonel Henri Rol-Tanguy, le métallo-brigadiste parti défendre la République espagnole avant d’entrer en résistance contre les nazis. Elle avait été la proche collaboratrice puis la femme du chef FFI artisan de la libération de Paris en août 1944.

Cécile c’était aussi Cécile, surtout Cécile, une femme de courage, d’intelligence et de lucidité.

Fille de François Le Bihan, syndicaliste et communiste français, déporté à Auschwitz, Cécile Rol-Tanguy était une femme d’action. Elle a milité à l’Union des jeunes filles de France, participé activement aux Comités d’aide à l’Espagne républicaine et a rejoint le parti communiste en 1938. Elle a d’abord été la marraine de guerre d’Henri avant de l’épouser en avril 1939.

Dès juillet 1940, elle entre en clandestinité. Elle est agent de liaison et lui arrive de cacher des armes dans le landau de ses enfants. C’est elle qui tape à la machine, sous la dictée de Rol, l’appel à l’insurrection des Parisiens.

Après la mort d’Henri (2002), Cécile Rol-Tanguy a poursuivi le travail de mémoire : en présidant l’association « Les Amis des combattants en Espagne républicaine » (ACER), en participant à des cérémonies, des rencontres et des débats. Elle était une femme d’écoute et d’échanges, jamais d’idées imposées.

Il y a quelques années, l’accompagnant à Vénissieux pour une cérémonie à la mémoire d’Henri, nous avions échangé dans le train sur l’état du monde. Je me souviens de ses mots : «  Nos rêvions d’un monde en paix et nous assistons à tant de conflits et de barbaries. Nous rêvions d’une vie meilleure et nous devons supporter tant d’injustices. Au soir de ma vie, j’ai un souhait : que les jeunes générations reprennent le flambeau de la paix, de la liberté, de la résistance en s’opposant à l’intolérance d’où qu’elle vienne et en trouvant des voies nouvelles pour un avenir meilleur. »

A Hélène, Claire, Jean, Francis les enfants de Cécile Rol-Tanguy et à ses petits-enfants toute notre affection.

José Fort

 

L’ACER s’associe à l’appel du Comité Parisien de la Libération et de nombreuses autres associations mémorielles pour le 75e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.

Nous invitons nos adhérents qui le peuvent à déposer individuellement quelques fleurs à la gare d’Austerlitz à Paris au pied de la sculpture en hommage aux volontaires des Brigades Internationales, précurseurs de la lutte armée contre le fascisme.

 

 

PARIS 2018

« L’engagement volontaire et l’action des étrangères dans la solidarité internationale durant la guerre d’Espagne »

Les donatrices et donateurs d’une somme minimum de 40 € recevront à leur adresse un ouvrage dès son édition (frais de port compris).

En outre, les dons de 50 € recevront, en plus du livre, une affiche du colloque. Les dons de 60 € recevront, en plus du livre et de l’affiche, le totebag (sac en tissu) du colloque.

Souscription par financement participatif ouverte chez HELLOASSO à cette adresse https://bit.ly/2JvSdb7  ou https://www.helloasso.com/associations/acer/collectes/publication-des-actes-du-colloque-international-solidarias-paris-2018

Votre don peut être aussi effectué par chèque à l’ordre de l’ACER à Soledina CHANTEREAU – 21 rue Gambetta – 95320 St Leu la Forêt

 

 

 

André SCHMER s’est éteint à 93 ans à Ivry-sur-Seine.

Nous n’oublierons pas de sitôt la verve et la bonne humeur d’André, sa profonde humanité comme son parcours d’engagement depuis sa jeunesse,

A cette annonce, plusieurs de ses amis de l’ACER ont fait part de leur tristesse. Parmi eux, Roberto LAMPLE qui a voulu rappeler un souvenir  commun :

Nous étions  dans un collège à Evry, invités par une professeure d’histoire pour évoquer la Résistance. « Ce sont des classes difficiles », nous avait-elle prévenus. En quelques mots, il avait capté l’attention de ces jeunes lycéens. Des mots simples, clairs, chargés d’émotions, et d’humour qui, malgré les différences de générations et de culture, firent qu’à la fin il reçut une  ovation. »

Le Bureau de l’ACER présente ses sincères condoléances à Christiane et nous l’assurons de notre fraternelle amitié.

Repas des adhérents de l’ACER en 2018 auquel participaient André et Christiane

 

EN SAVOIR PLUS

Notre ami Roger BOURDERON est décédé le 6 novembre 2019. Homme de conviction, historien reconnu, spécialiste de la Résistance, il était aussi avec sa compagne Denise un adhérent fidèle de l’ACER.

C’est en 2006 qu’il organisa avec Pierre REBIERE le colloque de l’ACER : « Passé et Actualité de la guerre d’Espagne » dont les actes furent publiés sous sa direction. Il était resté toujours disponible pour notre association, bien qu’il se défendit d’être un spécialiste de la guerre d’Espagne. Sans doute le travail réalisé avec Henri ROL-TANGUY pour l’édition de sa biographie l’avait rapproché des volontaires en Espagne Républicaine qui avaient poursuivi leur combat antifasciste dans la Résistance.

Nous sommes très touchés par sa disparition ; il restera dans nos mémoires pour tout le travail historique accompli, et dans nos coeurs pour sa gentillesse et sa générosité. A Denise et leurs enfants, nous présentons nos condoléances attristées et notre amitié sincère.

DECLARATION COMMUNE à propos de la Résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 “sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe”

http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2019-0021_
FR.html?fbclid=IwAR0uw5K4uvs2NZjh7z1HPEZMalr7jeAPansehGCvQjv8ANMUBEaNMibkNw0

Notre association-soeur italienne AICVAS (Associazione Italiana Combattenti Antifascisti di Spagna) nous a proposé de s’associer à leur déclaration à propos cette résolution du Parlement européen qui s’exonère de toute rigueur historique et qui a soulevé de nombreuses réactions indignées.

Le 19 septembre, le Parlement européen a approuvé à la majorité (535 voix pour, 66 contre et 52 abstentions) la résolution commune « Sur l’importance de la mémoire historique européenne pour l’avenir de l’Europe ». Aicvas – Associazione Italiana Combattenti Antifascisti di Spagna- dénonce les nombreuses inexactitudes graves contenues dans un tel document du point de vue de la mémoire historique, avec des omissions et des déclarations inacceptables.

LIRE LA SUITE

Comme chaque année, l’ANACR et ses comités d’Ile de France, les anciens et les amis du 151è Régiment d’infanterie (Rancourt-Verdun), la FNDIRP et l’ACER, appellent à participer à l’hommage qui sera rendu au Colonel FABIEN, vendredi 27 décembre au Père Lachaise, jour anniversaire de sa mort.

Le rendez-vous a été fixé à 10h30 à l’entrée du cimetière du Père Lachaise, rue des Rondeaux, dans le 20è arrondissement, métro Gambetta. La cérémonie est prévue à 10h45, le dépôt de gerbes à 11h.

Soyons nombreux à participer à ce rendez-vous de la mémoire pour rendre hommage à cette grande figure de la Résistance dont l’engagement contre le fascisme et le nazisme, pendant la guerre d’Espagne, a débuté dans les rangs des Brigades internationales.

A l’issue de la cérémonie, nous serons conviés à rendre également hommage à Pierre VILLON, ancien Président de l’ANACR, dont la tombe est située à quelques mètres de celle du Colonel FABIEN.

Le Bureau de l’ACER