La ville d’Almansa était pendant la guerre d’Espagne le centre de formation des unités d’artillerie des Brigades Internationales, dépendant de la Base d’Albacete, avant de partir pour le front.

Un programme riche leur rendait hommage : conférence, rencontres amicales et visite de la ligne de front (bunkers, tranchées, poste de commandement) en compagnie de guides en uniformes des Brigades Internationales de l’armée républicaine espagnole.

Voir les photos :

Voir la vidéo de la visite de la ligne de défense d’Almansa

Discours prononcé par Bruno BELLIOT, délégué de l’ACER à ces journées

Discours (prononcé en Espagnol) de Bruno BELLIOT ( l’ACER)
pour l’acte-hommage aux BI, vendredi 5/11/21

« Chers amis,

En cette journée d’hommage aux Brigades Internationales d’Almansa, je tiens, au nom de notre association ACER, à vous remercier pour votre invitation et votre accueil si chaleureux.

Les Brigades Internationales, composées de dizaines de milliers de volontaires étrangers de dizaines de pays, vinrent en Espagne pour défendre la démocratie et la République contre le fascisme, contre le coup d’Etat organisé par l’armée rebelle et les forces réactionnaires.

Aujourd’hui, cet hommage au B.I. est une manière, par notre présence, de remercier ces hommes pour leur combat et c’est tout le sens, la raison d’être de notre association qui a pris le relais de l’association AVER créée dès le retour des Brigadistes français. Ces derniers avaient la volonté de se regrouper pour continuer leur lutte, pour appuyer la République espagnole et bien sûr, après la défaite, d’organiser la résistance contre l’occupant nazi en France. Puis, durant cinquante ans, les anciens brigadistes français ont perpétué le souvenir de la lutte en Espagne, aux côtés des combattants espagnols républicains. »

LIRE LA SUITE

 

Visits: 976

La date limite de dépôt des candidatures est exceptionnellement repoussée du 1er octobre au 1er décembre 2021 à 20 heures

Visits: 2504

Cher(e)s ami(e)s,
C’est dans un périmètre restreint qu’aura lieu cette année les 10, 11 et 12 septembre prochain, la fête de l’Humanité à La Courneuve/Le Bourget.
Pour rester fidèles à un rendez-vous qui s’inscrit désormais dans la grande  histoire du journal de Jaurès, avec un public toujours très chaleureux et y retrouver de nombreux amis, l’ACER a décidé de participer  à l’événement. Ce sera pour nous le rendez-vous important de la rentrée avant de relancer nos activités mémorielles.
Depuis la dernière grande Fête à la Courneuve, les choses ont beaucoup changé…
C’est pourquoi, afin de pouvoir être présents à cette nouvelle édition, nous avons été amenés à opter pour la réservation d’un stand un peu moins grand, mais suffisamment, pour vous y accueillir.
Notre stand sera situé » Carrefour de la Résistance ».(H6)
Compte tenu du contexte sanitaire l’accès à la Fête  est soumis au pass sanitaire ou test PCR… Les participants s’attacheront à observer et à faire respecter les gestes barrières.
Pour celles et ceux qui pourront se joindre à nous, c’est avec grand plaisir que nous les retrouverons à notre  stand,  afin de reparler de nos projets , de l’actualité  et « pour refaire le monde ».
Amicalement et bien fraternellement.
Le Bureau de l’ACER
Visits: 1252

C’est avec une très grande émotion que nous venons d’apprendre la disparition, à l’âge de 102 ans, de Joseph Almudever, ancien combattant de l’armée républicaine espagnole, puis, engagé dans les rangs des Brigades internationales.
Né à Marseille de parents espagnols, Joseph s’établit en Espagne en 1931 à Alcacer, dans la province de Valence, village d’origine de son père. Membre des JSU (Jeunesses Socialistes Unifiées) en Espagne, il rejoignit les troupes républicaines en juillet 1936 malgré son jeune âge, grâce à un faux certificat de naissance. Blessé à Teruel en mai 1938, il ne put réintégrer les troupes républicaines au sortir de l’hôpital. Il s’engagea alors dans les Brigades internationales au sein de la 129è brigade.
Après la démobilisation des Brigades, en novembre 1938, il revint à Marseille où il fit un court séjour. De retour à Valence en février 1939, il vécut les événements de la tragédie du port d’Alicante. Son père et lui furent internés au camp d’Albatera (province d’Alicante).
Condamné en 1941 à 30 ans de détention, Joseph fut emprisonné pendant quatre ans et finalement libéré. Il reprendra le combat dans un groupe de guérilla du Levante. Son groupe tombera en 1947 et deux de ses compagnons furent fusillés.
Joseph Almudever partit clandestinement à Barcelone, puis passa les Pyrénées à pied en août 1947 pour rejoindre son frère Vincent à Pamiers dans l’Ariège. En France, Joseph travaillera comme maçon et fut membre du PCF et de la CGT. Avec son épouse Carmen, qu’il avait épousée en Espagne et qui l’avait rejoint en Ariège, il eut 5 enfants.
Fidèle à son engagement et à ses convictions, Joseph demeurera sa vie durant un combattant et un citoyen antifasciste au service de la démocratie et de la liberté. Une vie exemplaire pour nous tous et pour les générations nouvelles.
Nous garderons de lui le souvenir vivace d’un ami et d’un camarade chaleureux plein de vitalité. Ses amis et ses camarades de l’ACER s’inclinent devant sa mémoire et adressent à sa famille et à ses proches leurs sentiments d’affection et leurs très sincères condoléances.

Le Bureau de l’ACER

DÉCOUVRIR LE PARCOURS DE JOSEPH ALMUDEVER

Visits: 5687

150è anniversaire de la Commune de Paris 1871

En ce 150è anniversaire de la Commune de Paris l’ACER appelle, comme chaque année, ses adhérents et leurs amis à participer à la montée au Mur des Fédérés au Père-Lachaise samedi 29 mai 2021,

Temps forts de la journée du 29 mai pour préparer la montée au Mur des Fédérés :

  • Place de la République à partir de 10h : rassemblement populaire et animations organisés par les Amis de la Commune de Paris et les associations partenaires de l’événement.
  • Mise en place du cortège pour le Mur des Fédérés : 13h30.
  • Départ du cortège : 14h

Il y a 150 ans, Paris s’engageait dans une expérience brève et inédite, refermée par un massacre de population civile sans équivalent dans notre histoire nationale contemporaine.

« Plus que jamais, la Commune reste une source d’inspiration et de confiance pour toutes celles et tous ceux qui se réclament encore et toujours des valeurs de la République démocratique et sociale ».

Tel est le sens de l’appel des Amis de la commune de Paris 1871 et des associations investies dans la préparation du 150è anniversaire de la Commune.

Lieu de rendez-vous : Place de la République à 13h30 afin de nous intégrer dans le cortège qui se formera pour la Montée au Mur des Fédérés. Pour donner de la visibilité à notre présence dans le cortège nous porterons avec nous le drapeau de l’AVER. Il permettra de nous retrouver et de nous rassembler. Un bel hommage aux anciens des Brigades internationales en Espagne qui ont combattu le fascisme en portant haut les couleurs et les idéaux de la Commune de Paris.

Nous souhaitons pouvoir vous retrouver nombreux pour commémorer et célébrer ce 150è anniversaire de la Commune.

La Commune n’est pas morte. VIVE LA COMMUNE !!!

Le Bureau de l’ACER.

Visits: 264

C’est avec une grande tristesse que nous réagissons à la disparition d’Henry DIAZ après une longue vie d’engagement et d’action qui force l’admiration.

 Il est de ceux qui avaient compris très tôt la menace du fascisme international qui pesait sur le monde. De son propre chef, il partit avec les premiers volontaires en Espagne pour défendre la République les armes à la main jusqu’en janvier 1939. Il ne cachait pas dans ses récits  les conditions très dures de cette lutte devenue inégale. Après la débâcle de 1940 et son emprisonnement en Allemagne, il n’avait pu supporter longtemps son sort et réussit enfin avec courage et intrépidité son évasion pour prendre sa place dans les maquis de la Résistance. Comme d’autres témoins de cette période, il avait à cœur  de témoigner pour les jeunes générations.

Nous nous inclinons respectueusement et fraternellement devant sa mémoire et présentons à sa famille nos plus sincères condoléances.

 Le Bureau de l’ACER (les Amis des Combattants en Espagne Républicaine), le 15 mars 2021

Visits: 2136

150e anniversaire de la Commune de Paris

En cette année anniversaire des évènements de la Commune de Paris, il y a 150 ans, les Amis de la Commune ont décidé, en accord avec beaucoup d’autres associations partenaires, dont l’ACER, de créer un site dédié. Un « site éphémère », partagé dans le respect de chacun. La création de ce site est conçue pour permettre aux associations partenaires qui le souhaitent de disposer à l’occasion de cet anniversaire d’une vitrine de présentation de leurs initiatives et de leurs activités. L’adresse du site partagé « 150e anniversaire de la Commune » est la suivante : https://commune150ans.fr
Comme le rappelle l’Edito des Amis de la Commune, la mémoire de la Commune « a nourri le combat des exploités, des opprimés, des discriminés dans le monde entier. Elle a irrigué le mouvement ouvrier et la gauche. Elle a longtemps été dénigrée, déformée et occultée. Dans les sociétés déchirées qui sont les nôtres dans un monde incertain et de démocraties malades, le souvenir, les valeurs et l’exemple de la Commune sont d’une actualité incomparable». La justice sociale, la démocratie et la laïcité faisaient partie de l’ADN des valeurs dont les volontaires des Brigades internationales étaient porteurs dans leur engagement solidaire avec les républicains espagnols durant la guerre d’Espagne (1936-1939), dans le combat qui fut le leur contre le fascisme.

LIRE LA SUITE

Visits: 1554

Les volontaires de la liberté
et la Commune de Paris

Dès les premiers jours du soulèvement militaire, des volontaires français et émigrés partirent spontanément, sans qu’il y eût de consignes politiques. Ils s’engagèrent dans les colonnes espagnoles de miliciens. Après avoir combattu sur le front d’Aragon ou participé au débarquement de Majorque, une centaine de volontaires se retrouvèrent à Barcelone. C’est dans cette ville que va se constituer la Centurie Commune de Paris qui sera intégrée dans la Colonne Libertad du PSUC. Celle-ci part le 5 septembre 1936 combattre sur le front du Centre (Pelahustan, Cenicientos,…) menacé par les troupes rebelles.
Lors de la création des Brigades Internationales (BI) (officiellement le 22 octobre, mais les premiers brigadistes arrivèrent à Albacete, future base des brigades Internationales, le 13 octobre), les volontaires de la Centurie les rejoignirent pour former le deuxième Bataillon de la XIe BI en formation. C’est ainsi que se créa le Bataillon Commune de Paris. Le troisième bataillon de la XIe portera le nom de Dombrowski, ce général tué sur les barricades.

LIRE LA SUITE

Visits: 3