La fête de l’Humanité… autrement, les 11 et 12 septembre à la Bellevilloise.

La pandémie n’aura pas raison de la Fête. L’événement se réinvente dans un acte de résistance, pour demeurer un véritable espace de débat, de partage et de solidarité.

Dans le cadre du nouveau format de la fête de l’Humanité (conjoncture sanitaire oblige) l’ACER a réservé une table à la Bellevilloise, 19, 21, Rue Boyer à Paris 20ème, pour participer à cet événement et proposer au public des ouvrages sur la guerre d’Espagne, les Brigades internationales, la Résistance ainsi que les Tee-shirts de notre association.

Prix du Bon de soutien à la fête de l’Humanité : 25 € (dont 5 € seront reversés au Secours Populaire Français)

Qu’on se le dise.

Le Bureau de l’ACER

Visits: 1327

Christian JOINEAU nous a quittés. C’est avec une très grande émotion que nous apprenons sa disparition. Il se battait contre la maladie depuis plusieurs années avec courage et beaucoup d’énergie.

Le parcours de Christian est celui d‘un militant du PCF et d’un responsable de ce parti à Bagnolet qui sera appelé à y exercer d’importantes responsabilités dont celle d’adjoint au Maire chargé de l’urbanisme, puis, de la jeunesse et des sports.

Comme l’a rappelé José Fort, Christian a été un élément moteur dans la création de l’ACER. Son action militante pour entretenir et préserver la mémoire antifasciste des Républicains espagnols et des volontaires des Brigades Internationales pendant la guerre d’Espagne et la poursuite de ce combat pour un grand nombre d’entre eux dans la Résistance, était pour lui au cœur de sa démarche intellectuelle et citoyenne.

Il était de ceux sur qui nous pouvions compter à la Fête de l’humanité pour faciliter, le cas échéant, l’installation et l’équipement de notre stand.

Nous garderons de Christian le souvenir très chaleureux d’un ami et d’un camarade fidèle à ses convictions, très attaché aux activités mémorielles de l’ACER et qui aimait aussi partager avec ses amis les plaisirs de la vie.

Le Bureau de l’ACER présente à son épouse, à ses enfants et à toute sa famille ses très sincères condoléances en les assurant de son amitié et de toute sa sympathie.

Paris, le 26 août 2020

Visits: 554

Muere a los 101 años Cécile Rol-Tanguy, heroína de la Resistencia francesa

La que fuera esposa del líder de la Liberación de París tuvo un papel clave en la lucha contra el nazismo

Silvia Ayuso El Pais 9/5/2020

A muchas mujeres que tuvieron un papel clave en la historia se las suele relegar al papel de “esposa de”. Así le ocurrió a menudo a Cécile Rol-Tanguy, casada, sí, con Henri Rol-Tanguy, el héroe de la Liberación de París en 1944, pero también heroína por derecho propio de la Resistencia. Fue muestra de que la lucha antifascista se produjo, en buena parte, por las mujeres. Justo en el día en que, este 8 de mayo, se conmemoraba el 75 aniversario del fin de la Segunda Guerra Mundial, se apagaba la vida de Cécile Rol-Tanguy a los 101 años, no sin antes haber conseguido un reconocimiento propio en la historia.

Cécile Rol-Tanguy falleció en su casa en Monteaux, en el centro de Francia, informó su familia. “Con ella desaparece una de las últimas figuras de la resistencia interior francesa y, más precisamente, de la Liberación de París en agosto de 1944”, dijeron sus familiares en un comunicado remitido a la Agencia France Presse. Su avanzada edad ya le impidió, el año pasado, asistir a la inauguración del Museo de la Liberación en conmemoración del 75 aniversario del fin de la ocupación nazi de la capital francesa, en la que los Rol-Tanguy tuvieron un papel fundamental. El museo se erige en la avenida Coronel Rol-Tanguy, en el distrito 14 de París, frente a la entrada a las catacumbas que le sirvieron a Henri Rol-Tanguy como cuartel general desde el que dirigió la insurrección parisina que llevó a la liberación de la capital cuando entraron las tropas del General Leclerc, con los soldados españoles de la brigada La Nueve a la cabeza.

Una tarea en la que Cécile también trabajó activamente, como recordaba el año pasado su hijo Jean Rol-Tanguy en declaraciones a este diario. “Mi madre también estaba allí toda la semana”, subrayó sobre el papel que tuvo Cécile. “Mis padres lucharon por una serie de ideas, la libertad, la democracia. Hoy en día, un poco por todas partes, incluso en Francia, se elevan voces retrógradas, profascistas o pronazis. Es hora de que recordemos estos ideales y esos combates”.

La lucha política siempre formó parte de la vida de esta hija única de un obrero electricista y militante comunista que, tras entrar también en la Resistencia, falleció en Auschwitz en 1942. También su madre fue resistente. Nacida el 10 de abril de 1919 en Royan, en el departamento de Charente-Maritime, Cécile Le Bihan, su nombre de soltera, creció en las afueras de París y en la propia capital, donde en 1936 entró a trabajar como mecanógrafa —oficio que sería clave en su etapa de combatiente clandestina— en las oficinas de la sede metalúrgica de la CGT. Fue allí donde conoció a su marido, Henri Tanguy, poco antes de que este obrero comunista partiera a combatir en las Brigadas Internacionales durante la Guerra Civil española, donde luchó entre 1937 y 1938. De España regresó tras participar en la batalla del Ebro con una herida y con el alias que acabaría formando parte de su apellido, Rol, que Henri adoptó durante su lucha en la clandestinidad en honor a un amigo caído en España.

Ambos contrajeron matrimonio en 1939, poco antes del comienzo de la Segunda Guerra Mundial. Mientras Henri era llamado a filas y se le perdía la pista, Cécile entraba en la Resistencia, mecanografiando octavillas y artículos insurgentes. Cuando su marido regresó a París y se unió a la lucha clandestina, en octubre de ese año, se convirtió también en su oficial de enlace. La familia creció —sus hijos Hélène y Jean nacieron en 1941 y 1943— mientras continuó el trabajo clandestino de la pareja. Cécile usaba el carrito de bebé de sus hijos para esconder documentos secretos para la red comunista de los Francs-tireurs et partisans (FTP), de la que su marido era uno de los líderes parisinos. Henri, ya bajo el nom de guerre de Coronel Rol, escaló puestos hasta acabar siendo nombrado, en junio de 1944, jefe regional de la región parisina de las FFI, las Fuerzas Francesas del Interior. Todo ese tiempo de lucha clandestina, Cécile siguió combatiendo a su lado. También en ese verano de 1944, en el que se jugó el fin de la ocupación de París y el principio del fin de todo el conflicto bélico.

Muestra de su papel fundamental es el hecho de que Cécile Rol-Tanguy formó parte de la delegación recibida por el general Charles de Gaulle en el Ministerio de la Guerra el 27 de agosto de 1944, junto con otra veintena de jefes de la resistencia parisina.

“Portadora de las más altas distinciones de la República (gran oficial de la Legión de Honor, Gran Cruz de la Orden Nacional del Mérito, Medalla de la Resistencia, Cruz del Combatiente Voluntario de la Resistencia) ella fue emblemática del lugar de las mujeres en el combate contra (el régimen de) Vichy y el ocupante nazi”, recordó su familia. A la muerte de su marido, en 2002, continuó participando en las conmemoraciones de la derrota nazi. Como subrayaron este viernes sus hijos, “hasta su último aliento, Cécile Rol-Tanguy dio testimonio de su fidelidad a la utopía generosa del comunismo, a sus compromisos de juventud por la justicia social y por la emancipación de la mujer”.

Visits: 212

PARIS 2018

« L’engagement volontaire et l’action des étrangères dans la solidarité internationale durant la guerre d’Espagne »

Les donatrices et donateurs d’une somme minimum de 40 € recevront à leur adresse un ouvrage dès son édition (frais de port compris).

En outre, les dons de 50 € recevront, en plus du livre, une affiche du colloque. Les dons de 60 € recevront, en plus du livre et de l’affiche, le totebag (sac en tissu) du colloque.

Souscription par financement participatif ouverte chez HELLOASSO à cette adresse https://bit.ly/2JvSdb7  ou https://www.helloasso.com/associations/acer/collectes/publication-des-actes-du-colloque-international-solidarias-paris-2018

Votre don peut être aussi effectué par chèque à l’ordre de l’ACER à Soledina CHANTEREAU – 21 rue Gambetta – 95320 St Leu la Forêt

 

 

 

Avant l’inauguration prévue à 13 heures le 24 octobre à l’Espace Niemeyer du colloque « Solidarias » organisé par l’ACER, nous rendrons un hommage aux Brigades Internationales à l’occasion du 80ème anniversaire de la Bataille de l’Ebre à la gare d’Austerlitz.

RENDEZ-VOUS à 10 h 30 le MERCREDI 24 octobre
devant le monument aux Brigades, dans la cour Départ de la gare (quai d’Austerlitz)
 
Le Vice Maire de Barcelone, Gerardo PISARELLO, participera à cette manifestation du souvenir.
Nous vous invitons à y venir nombreux.
Salutations républicaines.
Le Bureau de l’ACER
Visits: 115

Paris les 24, 25 et 26 octobre 2018

Solidaires ! L’engagement féminin international et l’action des femmes étrangères dans la solidarité avec l’Espagne républicaine et antifasciste

Programme du colloque : consulter www.solidarias2018.com

Pour répondre aux besoins que requièrent l’organisation et le déroulement d’un tel événement les 24, 25 et 26 octobre prochain, nous en appelons à l’esprit et au concours militant de nos adhérents et plus largement de tous nos amis qui voudront bien, à cette occasion, s’impliquer dans toutes les tâches qui relèveront de l’accueil au public et de l’aide à l’organisation.
En effet, il est important pour nous de pouvoir compter et de nous appuyer sur le volontariat et les bonnes volontés pour mener à bien notre projet. Pour ce faire, il nous faut constituer des équipes qui seront appelées chaque jour, pour assurer l’organisation et le bon déroulement de cet événement, à se répartir les tâches.
C’est pourquoi nous demandons à tous ceux qui seraient désireux de se joindre à nous et de nous aider afin de préparer et de contribuer au succès de ce colloque, de se faire connaître dés à présent en écrivant au Bureau de l’ACER (Jean-Paul Chantereau ).
Le registre des inscriptions est ouvert.

Salutations républicaines et à bientôt.

Le Bureau de l’ACER

Visits: 115

Samedi 26 mai 2018

Comme l’année dernière, l’ACER a signé l’appel de nos Amis de la Commune de Paris 1871 pour participer, samedi 26 Mai 2018, à la Montée au Mur des Fédérés.
Dans la continuation de la mémoire populaire autour de la Commune de Paris, nous appelons nos adhérents et toutes celles et tous ceux qui veulent résister aux atteintes aux droits sociaux et démocratiques et lutter pour en conquérir de nouveaux, à se rassembler le 26 mai au Mur des Fédérés pour réaffirmer l’actualité des idéaux de la révolution du printemps 1871.

Rendez-vous à 14h30,

à l’entrée du cimetière du Père Lachaise
Rue des Rondeaux, Paris 20 ème,- Métro Gambetta

le Bureau de l’ACER

Visits: 118

Nous vous invitions à signer la pétition demandant le rapatriement de ses restes en cliquant sur le lien ci-dessous :

Le corps de la journaliste française Renée Lafont, fusillée le 1er septembre 1936 par les franquistes, doit être exhumé et rapatrié en France, avec les hommages dus a son engagement antifasciste. Adresse au président Emmanuel Macron.

Monsieur le Président,

La journaliste française Renée Lafont, intellectuelle de gauche, romancière (L’appel de la mer, Les forçats de la volupté…), polyglotte et traductrice (notamment du grand romancier espagnol Vicente Blasco Ibañez, auteur lui-même en 1925 de l’essai Ce que veut la République espagnole, et de Alphonse XIII démasqué, la terreur), était également l’une des meilleures hispanistes de son époque. Fusillée par les franquistes au lieu-dit cordouan « Arroyo del moro » le premier septembre 1936, alors qu’elle avait 58 ans ; selon des témoignages convergents, elle gît dans une fosse commune de l’un des cimetières de Cordoue où sont ensevelis plusieurs centaines de républicains « disparus » (plus de 2 000), que leurs noms soient répertoriés ou pas, essentiellement des ouvriers agricoles, des prolétaires, assassinés par les franquistes dans le cadre de leur « croisade » d’extermination contre « l’anti-Espagne ». Que fait le gouvernement français pour sortir de l’oubli et de sa fosse Renée Lafont ? Imaginons une seconde que le corps ne soit pas celui d’une « rouge », ou se trouve dans des pays « amis de la France », violeurs des droits de l’homme, et avec lesquels vous entretenez pourtant des relations fort amicales… Vous seriez déjà en campagne de « comm’ ».

Monsieur le Président,

L’exhumation du corps de Renée Lafont devient aujourd’hui un enjeu humain et politique incontournable pour la France tout comme pour l’Espagne. Vous ne pouvez cautionner plus longtemps l’oubli délibéré de ce symbole de valeurs humanistes universelles, ainsi que les plus de 115 000 républicains encore recouverts de terre et d’amnésie imposée… S’agirait-il pour les gouvernements français et espagnol d’étouffer un cas « encombrant », parce qu’il rappelle les origines sanglantes du régime espagnol actuel ? Et, au passage, celles du Parti populaire, héritier du franquisme, et d’une monarchie illégitime, poutre maîtresse d’une « transition » sans rupture avec la dictature ? Renée Lafont dérangerait-elle les uns et les autres ?

Un collectif, des associations en France et en Espagne, à Bordeaux(animé par José Garcia), à Cordoue, et ailleurs, des militants des droits de l’homme, de la mémoire, entendent faire de l’exhumation de Renée Lafont un puissant symbole de féminisme, de liberté, d’exigence de justice, de vérité, de réparation, et au-delà, un symbole collectif d’engagement antifasciste. Ils multiplient les initiatives, les appels… Ils frappent aux portes de la France… mais sans être entendus. Les gouvernements français successifs semblent avoir d’autres « priorités ».

Monsieur le Président,

Renée Lafont est née à Amiens, le 04 novembre 1877. Son père, professeur, était originaire de Bayonne. Encartée à la SFIO (Paris), journaliste au « Populaire » de Léon Blum, elle se trouvait en reportage pour le compte du journal socialiste français. Elle est considérée comme la première femme journaliste assassinée lors d’une guerre. Elle fut arrêtée le 29 août 1936 par les fascistes qui tendirent une embuscade à la voiture qui la conduit. Elle couvrait alors les combats de Cordoue ; les franquistes la traduisent, blessée, devant un « tribunal » militaire qui la condamne à mort pour avoir fait seulement son travail, et manifesté, selon l’accusation, des « sympathies républicaines ». On trouva sur elle des documents portant la faucille et le marteau. Elle était, selon certaines archives, en contact avec Marcel Martinet, qui fut dans les années 1920, l’un des responsables de l’Humanité. D’après des versions mensongères, « elle n’aurait pas survécu à ses blessures ». Or, on sait aujourd’hui qu’elle fut bel et bien fusillée.

Monsieur le Président,

Ne fusillez pas sa mémoire. Prenez sans délai les dispositions nécessaires pour que son corps soit exhumé du cimetière cordouan de « La Salud » et rapatrié en France avec les honneurs qui lui sont dus.

 Recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Visits: 53