le 18 mars 2017 à Ajusco – MEXICO

Juan Miguel de Mora est né au Mexique en 1921. Etudiant à Paris pendant la guerre d’Espagne, il est indigné par la politique de « non-intervention » de la France et de l’Angleterre. Il s’engage dans les Brigades internationales. Il a alors 17 ans.

Il fut sans doute l’un des plus jeunes combattants de la bataille de l’Ebre. Il combattra dans les rangs de la XVème brigade internationale, la brigade Abraham Lincoln. De son engagement et de sa participation à l’épreuve du feu pendant la bataille de l’Ebre il écrira un livre. Un très beau témoignage sur la guerre et le sens de l’engagement publié par les Editions Tribord : Ma bataille de l’Ebre, la Côte 666 », préfacé par Lise LONDON.

Le parcours de Juan Miguel de MORA a été celui d’un combattant qui restera fidèle toute sa vie aux idéaux de sa jeunesse : la liberté, la solidarité, la democratie, le progrès social et humain, les luttes d’émancipation. Après la guerre d’Espagne, son parcours sera celui d’un journaliste au Mexique, d’un professeur à l’Université de Mexico, d’un auteur et d’un dramaturge (il met en scène quelques unes de ses pièces politiques) et d’un réalisateur. Il réalise deux films : Nazkara en 1951 et Festin para la muerte en 1955.

Dans les années 60, 70, Juan Miguel, après plusieurs voyages en Inde, approfondira ses connaissances sur ce pays et la littérature sanskrite pour en devenir un spécialiste reconnu.

A ce titre, il obtiendra la chaire de professeur de sanskrit à l’Institut Philologique de Mexico puis à l’Association internationale des Etudes Sanskrites.

La vie de Juan Miguel de MORA est une vie exemplaire pour les jeunes générations.

Nous garderons de lui le souvenir d’un ami, d’un militant antifasciste pour qui l’engagement avait toujours du sens, d’un intellectuel toujours en éveil sur l’actualité de son temps et tout particulièrement sur celle de l’Espagne : il avait gardé l’Espagne au cœur.

L’ACER salue sa mémoire.

Visits: 11